• Imprimer

Un Noël pas comme les autres

Une maman qui console son bébé au milieu du chaos d’une étable.
Des bergers, habillés de haillons sentant le mouton, viennent célébrer le tout petit roi qui dort dans une mangeoire.
Tout cela a l’air bien humble, simple, à portée de main.

Aimer comme Marie, au milieu d’une année sens dessus dessous.Un Noël pas comme les autres
Être là pour nos proches, montrer que cette pandémie mondiale ne changera pas notre affection pour eux.
Se réjouir comme les bergers de ce qui est donné, présent. Chercher et célébrer ce qui est petit, caché, précieux.

C’est ce temps d’expectative joyeuse qui caractérise l’Avent.
La lumière qui brille de plus en plus, le réconfort qui s’installe, la promesse d’une rencontre, l’annonce d’une naissance imminente. Une rencontre, une lumière, un don.
A nous d’accueillir la lumière et de la refléter autour de nous !

On peut briller par bonne humeur, par le rire qui fait des vagues autour de nous et renforce si bien notre système immunitaire.

On peut faire briller la gratitude dans nos actes et dans nos paroles.
Remercier ceux qui étaient là pour nous (un regard sincère à la caissière du supermarché qui dit « tu n’es pas invisible et merci pour tout », un compliment à nos connaissances qui travaillent dans une maison de retraite ou dans un hôpital, un chocolat pour le facteur, des petits biscuits pour les éboueurs, un câlin à nos enfants et petits-enfants  pour les féliciter de leur courage cette année.

On peut briller par notre regard sur les choses, en propageant non pas des rumeurs et des plaintes nombreuses et parfois justifiées mais en devenant des ambassadeurs de l’espoir, du courage quotidien, de l’optimisme. Respirer profondément et se rappeler qu’on n’est pas coincé à jamais dans la pandémie et que d’autres Noël viendront.

On peut briller par le partage, par des gestes qui semblent petits mais qui, en s’accumulant, deviennent des vagues de gentillesse qui s’écrasent sur nos plages abandonnées.
Prendre régulièrement des nouvelles d’une personne isolée, lui parler, l’écouter.
Déposer un billet de 5 euros discrètement près du mendiant, préparer un paquet pour un ami plus vu depuis longtemps…
Essayons donc de parsemer ces petits gestes « bonheur » dans notre quotidien.

On peut briller par notre attitude envers les gens qui nous entourent.
On n’a pas besoin d’éteindre la bougie des autres pour briller plus fort nous-mêmes.

Rêvons ensemble d’un jour  où nous parlerons de Noël 2020 comme d’un Noël pas facile mais quand même beau, unique et touchant.
Un Noël qui nous aura demandé un effort de plus pour se serrer les coudes et tendre la main à ceux qui seront encore plus seuls que normalement.

Un Noël où chacun d’entre nous aura été une petite lumière qui brille à sa façon.

Adapté à partir d’un texte de Rebecca Dernelle-Fischer (psychologue Belge)