• Imprimer

Le temps d'une pause - Vendredi 18 juin 2021

Autour de Exode 1, versets 1 à 22 : Voici les noms des fils de Jacob, ou fils d’Israël, qui arrivent en Égypte avec leur père : Ruben, Siméon, Lévi et Juda. Issakar, Zabulon et Benjamin,
Dan et Neftali, Gad et Asser. Chacun vient avec sa famille...

Cliquez ici Le temps d'une pause pour écouter !

Exode 1

1 Voici les noms des fils de Jacob, ou fils d’Israël, qui arrivent en Égypte avec leur père :
2 Ruben, Siméon, Lévi et Juda.
3 Issakar, Zabulon et Benjamin,
4 Dan et Neftali, Gad et Asser. Chacun vient avec sa famille.
5 Au total, la famille de Jacob compte 70 personnes. Joseph, un autre fils de Jacob, est déjà en Égypte.
6 Ensuite, Joseph meurt, ainsi que ses frères et toute cette génération.
7 Les Israélites ont beaucoup d’enfants. Ils deviennent de plus en plus nombreux et puissants. Ils remplissent le pays.
8 Un nouveau roi commence à diriger l’Égypte, et ce roi n’a pas connu Joseph.
9 Il dit à son peuple : «Vous voyez, les Israélites forment un peuple trop nombreux et trop puissant pour nous.
10 Il faut trouver un bon moyen pour l’empêcher de grandir. Sinon, s’il y a une guerre, ils pourront s’unir à nos ennemis. Ils lutteront contre nous et ils quitteront notre pays.»
11 Alors les Égyptiens nomment des surveillants pour écraser le peuple d’Israël par des travaux forcés. Ainsi les Israélites construisent les villes de Pitom et de Ramsès. Elles servent à garder les réserves de nourriture du Pharaon, le roi d’Égypte.
12 Plus on écrase les Israélites, plus ils deviennent nombreux. Ils occupent de plus en plus de place, c’est pourquoi les Égyptiens les détestent.
13 Ils traitent les Israélites durement, comme des esclaves.
14 Ils leur rendent la vie très difficile par un travail pénible: ils les obligent à préparer l’argile, à faire des briques, à cultiver les champs. En un mot, les Égyptiens les écrasent par toutes sortes de travaux pénibles.
15 Il y a des sages-femmes pour les Hébreux : l’une d’elles s’appelle Chifra et l’autre Poua. Le roi d’Égypte leur donne cet ordre:
16 «Quand vous aiderez les femmes des Hébreux à accoucher, regardez bien l’enfant : si c’est un garçon, faites-le mourir, si c’est une fille, elle peut vivre.»
17 Mais les sages-femmes respectent Dieu. Elles n’obéissent pas au roi d’Égypte et elles laissent vivre les garçons.
18 Alors le roi appelle les sages-femmes et leur dit : «Pourquoi agissez-vous ainsi ? Vous avez laissé vivre les garçons. Pourquoi donc ?»
19 Les sages-femmes répondent au roi : «Les femmes des Hébreux ne sont pas comme les Égyptiennes. Elles sont plus fortes. Avant que la sage-femme arrive, elles ont déjà accouché.»
20 Les Israélites deviennent de plus en plus nombreux et très puissants. Dieu fait du bien aux sages-femmes.
21 Il leur donne des enfants parce qu’elles l’ont respecté.
22 À la fin, le roi d’Égypte donne cet ordre à tout son peuple : «Tous les garçons qui vont naître chez les Hébreux, jetez-les dans le Nil ! Mais laissez vivre les filles.»

Comment dire la grandeur d’un peuple mieux qu’en le faisant passer, via la case esclavage, du statut de tribu semi-nomade, insignifiante à l’échelle du monde, à celui de maître d’un pays où coule le lait et le miel ? Comment faire saisir la toute puissance de son Dieu mieux qu’en le montrant en train de donner à des êtres de rien, mais de foi, la force de faire échouer les plans de leurs ennemis, dont le roi d’une hyper-puissance  alors à son apogée ?
Deux femmes du peuple, parce qu’elles « craignent »  Dieu, réduisent à néant un projet de génocide, par leur simple désobéissance non violente à un ordre injuste. Notre histoire retient leur nom, pas celui du roi !
N’avons-nous pas à faire de même aujourd’hui, dans notre monde et dans notre pays, pour lutter contre les injustices flagrantes et rappeler aux gouvernants que l’accueil est un devoir ?

Michel Cordier UEPAL