• Imprimer

COMME DES PIERRES VIVANTES

1 Pierre 2, 4 à 10

Chabeuil, le 17 février 2018 - Culte de l'Assemblée Générale

Chers frères et sœurs,

Il en va des Assemblées Générales de paroisse un peu comme des assemblées de copropriétaires.
Annuellement, il nous faut faire le point sur l’état d’un édifice commun : inventorier les familles qu’il abrite, faire le point de ce qui s’y passe, de ce qui s’y vit. Et comme pour toute construction ancienne (Et Dieu sait combien l’Église est une vieille dame), le temps  imprime sa marque dans les murs : peintures défraîchies, fissures, quelques tuiles à changer, des installations qui tombent en panne et qu’il faut moderniser. Bref, il faut ensemble réparer, consolider, réfléchir à l’avenir, et décider des projets à déployer pour que la construction reste debout et puisse accueillir les générations suivantes.

Savez-vous que le mot paroisse vient du grec παροικο qui veut dire « la maison d’à côté » ? Oui, notre paroisse, notre Église Protestante Unie de Chabeuil-Châteaudouble est comme une maison dont nous assurons ensemble l’entretien, la protection, la pérennité. Sauf que nous n’en sommes pas vraiment les propriétaires, car tout nous est donné sur cette terre. Mieux que des locataires, nous y sommes hébergés à titre gracieux…

Mais il n’en reste pas moins que notre appartenance à l’Église chrétienne fait de nous un peuple de bâtisseur et de bâtisseuses du Royaume de Dieu. Certes, l’image que nous nous faisons de ce Royaume est tout sauf celle d’une construction en dur. Sans doute le fait que le mot église en français serve à la fois à désigner la communauté des saints appelés par Dieu, et les bâtiments destinés au culte entretient la confusion.

Mais dans notre texte aussi, il est question de construction, de pierres, de maison, mais ce n’est pas d’une bâtisse dont il s’agit.

Vous êtes des pierres vivantes ! Quelle belle image d’une Église corps du Christ, d’une communauté faite d’hommes et de femmes, de ce Temple du Saint-Esprit que nous sommes tous, individuellement et collectivement.

Oui, chacun de nous est une pierre, une pierre vivante qui participe à l’édification d’une Église, d’une assemblée, d’une communauté, d’une paroisse. Et chacune de ces pierres est, nous dit le texte, choisie et précieuse devant Dieu.

Et ce texte nous dit aussi : Vous-mêmes, comme des pierres vivantes, entrez dans la construction de la Maison (avec un M majuscule), de la Maison habitée par l’Esprit pour constituer une sainte communauté sacerdotale. Quel programme, quelle perspective, mais quelle responsabilité aussi.

Il y a pour ce passage deux traductions possibles : Vous-mêmes, comme des pierres vivantes, entrez (c’est une invitation), ou VOUS entrez. Impératif et présent de l’indicatif s’écrivent de la même façon en grec, mais le sens change de tout au tout. Voyez plutôt :

« Vous entrez dans la construction de la Maison » suggère que nous faisons en quelque sorte partie des murs. Nous sommes une pierre, une sorte de brique. Mais notre contribution à la solidité des murs est plutôt passive. Choisit-on d’y être associé de son plein gré ? S’y sent-on libres de ses mouvements ? Une fois posés, cimentés aux autres par l’Esprit, nous avons intérêt à ne pas bouger, à rester solidaire des autres et ne pas prendre de risques inconsidérés. Si l’on enlève une ou plusieurs pierres, le mur peut s’écrouler ; surtout si l’on s’attaque à la pierre angulaire, celle qui tient tout le reste…

C’est pourquoi j’ai une préférence pour la seconde option, « Entrez dans la construction ». C’est une exhortation, une invitation. C’est notre liberté de chrétiens qui s’exprime. C’est l’appel de Dieu qui retentit. Entrez, prenez part à la construction de cette sainte communauté sacerdotale, cette sainte communauté de prêtres. Prêtres car nous sommes tous, individuellement, en relation avec Dieu, tous appelés à offrir des sacrifices spirituels. Et nous avons tous, individuellement, un rôle actif à jouer par l’offrande de soi et de son agir au service de l’Esprit, à l’intérieur de ce temple, de cette communauté qui elle aussi est vivante.

Offrir son agir ? Mais à quoi devons-nous nous activer ?  « A proclamer les hauts faits de celui qui nous a appelés des ténèbres à sa merveilleuse lumière ». A devenir un peuple de témoins, comme nous y exhorte notre Église Protestante Unie de France.

Alors nous entrevoyons ici les contours de notre appartenance à l’Église, non pas une appartenance de fait, un héritage, une tradition ; non pas une fréquentation en simple consommateur des cultes et des activités. Mais en membres actifs, même petitement. Il y a toutes sortes de pierres, et le plus petit des cailloux peut venir combler un vide là où d’autres ne rentrent pas.

Car le statut de membre actif de la paroisse, de la communauté paroissiale existe en plusieurs tailles et en de nombreux coloris. Il y a bien sûr les membres du conseil presbytéral qui ont la lourde charge de veiller à sa bonne gestion et à son bon fonctionnement et de porter dans la prière la pérennité et l’épanouissement de notre Église. Il y a aussi les prédicateurs laïcs qui au côté du pasteur préparent et animent les cultes, accompagnent les familles en deuil ; les catéchètes qui ont la tâche précieuse de faire découvrir la Bible et l’Évangile aux plus jeunes. Mais aussi participer aux partages bibliques pour enrichir les échanges par sa lecture personnelle et démultiplier l’action de la Parole, être outil de fraternité en donnant du temps pour l’écriture et la diffusion de notre journal paroissial, pour visiter autour de soi, prêter main forte à l’entretien des locaux et du jardin, accompagner musicalement les cultes, s’investir dans l’entraide, au sein de CAP par exemple. Les ministères sont si divers, et chacun d’eux est un de ces sacrifices spirituels dont nous parle le texte, chacun d’eux est une bénédiction pour la communauté.

Et même lorsque l’âge ou la fatigue empêche d’être physiquement actif dans la communauté, la prière de chacun est, par l’Esprit, cette connexion, cette fraternité dans l’intercession qui concoure elle aussi à la force des liens de,  et avec la communauté.

Et n’y a-t-il pas de meilleur moment que cette Assemblée Générale pour faire l’inventaire des ministères qui recrutent et du service que vous vous sentez peut-être appelés à remplir, inspirés à offrir ?

Paul le premier l’affirmait dans sa lettre aux Éphésiens :
Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire. En lui tout l'édifice, bien coordonné, s'élève pour être un temple saint dans le Seigneur. (Éphésiens 2,20)

Ensemble édifions une Église inspirée et vivante, une communauté de bâtisseurs du Royaume.

Amen

 


1 Pierre 2, 4 à 10

4 Approchez-vous de lui, pierre vivante, rejetée par les hommes mais choisie et précieuse devant Dieu.
5 Vous-mêmes, comme des pierres vivantes, entrez dans la construction de la Maison habitée par l'Esprit, pour constituer une sainte communauté sacerdotale, pour offrir des sacrifices spirituels, agréables à Dieu par Jésus Christ.
6 Car on trouve dans l’Écriture : Voici, je pose en Sion une pierre angulaire, choisie et précieuse, et celui qui met en elle sa confiance ne sera pas confondu.
7 A vous donc, les croyants, l'honneur ; mais pour les incrédules la pierre qu'ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre de l'angle,
8 et aussi une pierre d'achoppement, un roc qui fait tomber. Ils s'y heurtent, parce qu'ils refusent de croire à la parole, et c'est à cela qu'ils étaient destinés.
9 Mais vous, vous êtes la race élue, la communauté sacerdotale du roi, la nation sainte, le peuple que Dieu s'est acquis, pour que vous proclamiez les hauts faits de celui qui vous a appelés des ténèbres à sa merveilleuse lumière,
10 vous qui jadis n'étiez pas son peuple, mais qui maintenant êtes le peuple de Dieu ; vous qui n'aviez pas obtenu miséricorde, mais qui maintenant avez obtenu miséricorde.

Texte : Traduction œcuménique de la Bible

Lire la prédication