• Imprimer

LES GRANDS-PARENTS

Qui ne connaît le jeu des sept familles ?
Et bien aujourd'hui, dans la famille paroissiale je demande les grands-parents !
Evoquons Victor Hugo et son célèbre recueil écrit en 1877 quand il a dû recueillir ses petits enfants. Ecoutons le :
« moi qu'un petit enfant rend tout à fait stupide, j'en ai eu deux , Georges et Jeanne. je prends l'un pour guide et l'autre pour lumière, et j'accours à leurs voix .../... Je prendrai les deux enfants par la main, je règlerai ma marche sur le temps que prendront leurs jeux et leurs repas.

Les grands parents sont rarement mentionnés dans la Bible. Dans l'Ancien Testament, il y a Ben Sira et Timothée, et dans le Nouveau Testament il y a Anne, qui apparaît brièvement lors de la présentation de Jésus au Temple, dans Luc 2, 36-38 :

Il y avait aussi une prophétesse, appelée Anne, qui était la fille de Penouel, de la tribu d’Asser. Elle était très âgée. Elle avait vécu sept ans avec le mari qu’elle avait épousé dans sa jeunesse, puis, demeurée veuve, elle était parvenue à l’âge de quatre-vingt-quatre ans. Elle ne quittait pas le temple, mais elle servait Dieu jour et nuit : elle jeûnait et elle priait.
Elle arriva à ce même moment et se mit à remercier Dieu. Et elle parla de l’enfant à tous ceux qui attendaient que Dieu délivre Jérusalem.

Elle est la mère de Marie et Joachim son père, comme chacun le sait.
Nous connaissons cette belle iconographie (de Léonard de Vinci) où Marie apprend à lire les Saintes Ecritures sur les genoux de Anne .
La Tradition juive parle peu du rôle des grands-parents.
Seul Jacob dont le grand père était Abraham, est une fois nommé «Saba», grand père, mot qui en fait veut dire âgé.
On voit aussi Jacob en grand-père lorsqu' il invite ses petits fils Ephraïm et Menaché pour les bénir .
Si les rôles de la maternité et de la paternité  sont omniprésents dans le récit biblique, le thème du rapport enfants /grands -parents n'existe quasiment pas , nous l'avons dit.
Dans la Tradition juive, le rôle de l'Ancien (grand -père) est très important ; le judaïsme est fondé sur la tradition des Anciens, sur leur enseignement: ZENEKIM, la racine ZKN signifiant aussi bien barbe, vieux, sage, c'est à dire « qui connaît la vie ».
Je ne vois pas beaucoup de barbes blanches dans notre Assemblée, ce qui ne signifie pas que ceux d'entre vous qui sont grand-père, ne connaissent pas la vie !

Les Anciens représentent les racines, et les descendants les fruits.
Nous n'aurons aucune difficulté à imaginer les conséquences de la Shoah , à cet égard...

Mais revenons à nos racines chrétiennes, dans le récit de la Création, l'image familiale apparaît pour indiquer le projet de Dieu pour l'Humanité, un projet de communion profonde, d'alliance entre un Dieu et son peuple fils.
De sorte que l'Eglise n'est pas une fraternité de sang, Jésus se reconnaît comme fils de Joseph et Marie, mais il sait QUI est son Père.
Dans la famille chrétienne, autrefois les disciples n'avaient pas d'édifices pour leurs assemblées. Ils se réunissaient dans les maisons familiales, la chambre haute, et souvent une même famille formait l'église de la localité.
L'apôtre Paul, en Philippiens 2,1-2, demandait aux premiers chrétiens de s'efforcer d'avoir un même sentiment, un même amour, une même âme pour l'édification d'une Eglise.
Depuis l'Eglise séculaire a, à l'égard des grands-parents, une attention particulière, reconnaissant en eux une grande richesse au plan humain et social, mais aussi religieux et spirituel.
Nous savons les limites de ce message d'union spirituelle dans la transmission familiale avec la dispersion des familles et où il est difficile de la mettre en pratique.
Etre des grands parents, mais aussi des grands-oncles et des grands-tantes, est l'un des plus beaux don de Dieu.
Avoir des petits enfants, petits neveux ou nièces est un privilège.
Ainsi si devenir grand- parent constitue une pierre de plus sur le chemin du vieillissement, celle-ci signifie que la lignée  se poursuit et la transmission de ce fait.

Mais il n'en n'a pas toujours été ainsi.

Lors de l'apparition des premiers humains, il y a environ 200 000 ans, la vie était très brève et nul ou presque n'atteignait ne serait-ce que l'âge adulte. On devenait parent vers l'âge de 15 ans.
A l'ère du paléolithique, intervient un allongement de la durée de la vie, et la civilisation en marche permet cette filiation (Il n'y a de grands parents que vivants). 65% des adultes sont  alors grands parents.
A cette époque des pêcheurs- chasseurs- cueilleurs, devenir grands parents permettait de libérer la charge parentale.
Et les grands parents sont devenus un facteur positif pour l'évolution.
Les société humaines vont devenir plus productives tout en renforçant les liens sociaux.
De la tribu à la civilisation.

C'est au XVII siècle que se substitue peu à peu à  l'idéal chrétien de la vieillesse (retrait du monde, préparation à sa fin prochaine), celui d'une  étape pleinement vécue au sein de la famille.
Et le grand père aristocratique distant et froid cède peu à peu le pas au grand père bourgeois attentif. Quoique Molière nous en dresse un tout autre tableau !
Désormais les aînés, que l'on nomme plutôt seniors qu' anciens, transmettent oralement des informations dans de nombreux domaines, culturel, technique et familial.
Aujourd'hui les grands parents sont des personnages essentiels  de la famille et de plus en plus pivot lors des séparations et dans les familles recomposées.
Notre époque célèbre la renaissance pour les grands parents !

Mais attention les grands-parents, ne sont pas les seuls à laisser des traces dans les cœurs, leurs petits enfants apportent aussi de la vitalité, de la joie, du soutien à leurs grands parents.
Les secrets partagés, la complicité, le jeu permissif et compréhensif, qui constituent cette relation d'amour suscitent parfois chez les parents dont le rôle est plus ingrat, un peu d'irritation.
Il y aurait encore beaucoup à dire , mais cela est votre histoire et peut être pouvez vous dès le repas de ce dimanche, en partager les mots et les merveilles !

Le rire comme les essuies -glaces, permet d'avancer s'ils n'arrêtent pas la pluie