Prédications

Toutes ces prédications ont été données lors des cultes de la paroisse réformée de Chabeuil - Châteaudouble.

PRECHER DE L'AUTRE COTE DE LA BARQUE

Jean 21, 1 à 14  −  Deutéronome 10, 12 à 19    −  Ephésiens 2, 11 à 22  

Combien de pêches miraculeuses Jésus a-t-il opérées ? D'après les Evangiles, il y en a deux. Une relatée en Luc 5, et qui se termine par la phrase de Jésus à Pierre : Désormais tu seras pêcheur d'hommes, établissant ainsi une relation entre les poissons et les êtres humains à évangéliser. Nous reviendrons sur ce lien tout à l'heure.

La seconde en Jean 21 (le chapitre qui vient d'être lu), c'est-à-dire après la résurrection de Jésus. Mais cette seconde pêche miraculeuse est sujette à caution. La plupart des exégètes considèrent que ce chapitre a été rajouté à l'Evangile, après coup, par un disciple de Jean. Et ceci pour plusieurs raisons.

Lire la suite...

THOMAS NOTRE JUMEAU

Jean 20, 19 à 29 - Esaïe 26, 12 à 18 - Apocalypse 1, 9 à 19

"Si je ne vois pas, si je ne touche pas, je ne croirai pas. Je ne crois que ce que je vois..."

Depuis ce jour et pour longtemps, Thomas est devenu l'incroyant de service, le patron des douteurs, des raisonneurs et des mauvaises têtes. Un douteur, donc un personnage douteux, un apôtre un peu moins fiable que les autres, pour le petit monde frileux et si facilement offusqué des gens pieux et bien-pensants. Et bien, ce matin, j'ai envie de le réhabiliter et de lui donner le beau rôle. Et non seulement à lui, mais à tous ceux qui lui ressemblent. J'ai même envie de faire de lui un modèle, un modèle du vrai croyant, un modèle à imiter. Je me demande d'ailleurs si l'évangéliste Jean n'a pas écrit cette petite histoire dans le même but, avec un beau brin de malice.

Lire la suite...

LA RÉSURRECTION  :  UNE ESPÉRANCE

Marc 16, 1 à 8  −  Colossiens 2, 8 à 13   −  Jean 11, 17 à 27       

La résurrection de Jésus m'a souvent embarrassé. Non dans le sens qu'il m'est difficile d'y croire ; même s'il est vrai qu'elle ne sera jamais historiquement prouvée, et qu'elle ne s'aborde donc que par la foi.

Non,  la résurrection de Jésus m'embarrasse parce qu'elle me semble amoindrir la portée de la mort de Jésus. En effet, si Jésus comptait sur la résurrection à l'issue de sa mort, la crucifixion n'est plus un don total de soi, mais une sorte de calcul.

Lire la suite...

LE SIGNE DE L'ANE

Luc 19, 28 à 44  −  Esaïe 31

Ce texte commence par une attitude étrange de Jésus. Une attitude qu'à priori je ne donnerais pas en exemple. En effet, Jésus envoie deux disciples dans un village des environs de Jérusalem. On ne sait pas s'il s'agit de Bethphagé (Maison des figues) ou de Béthanie (Maison du pauvre).  Il envoie donc deux disciples dans un village pour y chercher un âne. Or, cet âne est attaché et appartient à des maîtres. Autrement dit, Jésus prend un âne qui ne lui appartient pas. Cela ne lui ressemble pas. C'est pourquoi certains pensent que Jésus pouvait avoir préparé la chose à l'avance, en louant l'âne pour un moment, ce jour-là, et en précisant que quelqu'un viendrait le prendre à telle heure. On comprendrait alors que les maîtres de l'âne aient laissé faire les disciples, quand ceux-ci leur eurent dit que le Seigneur avait besoin de l'âne.

Lire la suite...

JESUS ET LE MARTYRE

Luc 13, 1 à 5  −  Psaume 49  −  1 Corinthiens 13, 1 à 8a

Cet épisode du ministère de Jésus ne se trouve que chez Luc ; et il semble n'avoir aucun lien avec le contexte. Le passage qui suit (versets 6 à 9) raconte la parabole du figuier stérile. Un figuier qui, parce qu'il ne produit pas de figue, risque d'être coupé par son propriétaire. Mais le fermier propose de lui donner une seconde chance en le soignant tout particulièrement, dans l'espoir qu'il porte enfin du fruit, sinon il sera coupé.

Peut-être peut-on mettre cette parabole en lien avec la fin du texte que nous venons de lire et qui dit : Si vous ne changez pas radicalement, vous disparaîtrez tous.

En ce qui concerne ce qui précède notre texte, il s'agit d'un ensemble d'exhortations de Jésus sans lien les unes avec les autres. Je relèverai cependant le verset 50 du chapitre 2 où Jésus déclare : J'ai un baptême à recevoir ; comme cela me pèse d'ici qu'il soit accompli ! Jésus annonce une fois de plus sa mort. Curieusement il l'assimile à un baptême, une sorte de naissance.

Lire la suite...

DONNER DU GOÛT, OU VALORISER LE PROCHAIN

Matthieu 5, 13 à 16 - 2 Rois 2, 19 à 22 - Marc 9, 42 à 50

Matthieu a inclus cette parabole du sel et de la lumière, présentée par Jésus, au sermon sur la montagne, alors que Marc (9, 49-50) et Luc (14, 34-35) la placent dans un contexte d'enseignements de Jésus relatif aux épreuves subies par le disciple et au renoncement.

A noter, en passant, que seul Matthieu met la lumière en lien avec le sel, en rapportant cette parole aux disciples : Vous êtes le sel … Vous êtes la lumière. Marc et Luc ne comparent les disciples qu'au sel. Quant à l'évangile de Jean, Jésus n'y dit pas : vous êtes la lumière du monde, mais : Je suis la lumière du monde (8, 12).

Lire la suite...

LA TENTATION DE LA SECURITE

Luc 4, 1 à 13  -  Psaume 91  -  Philippiens 3, 17 à 19  -   Luc 17, 26 à 33

Ce texte est bizarrement écrit.  Le verset 2 nous dit que, au désert, Jésus fut mis à l'épreuve par le diable pendant 40 jours. Ce qui laisse sous-entendre que, une fois les 40 jours écoulés, l'épreuve cesse. Or que se passe-t-il après les 40 jours ? Luc rapporte deux événements : Jésus a faim, et le diable le tente.  La faim et la tentation constituent bien une épreuve !

Lire la suite...

C'EST DANS UN SEUL ESPRIT QUE NOUS AVONS ETE BAPTISES, POUR APPARTENIR A UN SEUL CORPS

1 Corinthiens 12, 12 à 27  -  Jean 15, 9 à 17  -   1 Corinthiens 1, 10 à 17

L'Eglise de Corinthe était divisée. Une division qui reposait sur l'éclectisme de la composition de l'Eglise. Les membres de l'Eglise étaient de diverses origines et cultures : des Juifs et des Grecs venant avec leurs coutumes et leurs traditions. Il y avait aussi des différences sociales : les uns étant libres et d'autres esclaves. Il y avait des scissions, des sous-groupes et des rivalités. On comprend que l'apôtre Paul parle beaucoup d'unité dans la lettre qu'il envoie à cette Eglise.

Face à cette constatation de la division, une question se pose. La question que tout organisme (nation, état, association, confrérie, communauté … religieuse ou non) se pose : comment parvenir à l'unité ? Car la division est un facteur de faiblesse...

Lire la suite...

TU NE TE FERAS PAS DE REPRÉSENTATION DE DIEU

Exode 20, 4 à 6  -  Jean 17, 1 à 8  -   Colossiens 1, 12 à 20  -  Luc 19, 12 à 27

Ce texte de l’Exode présente le deuxième des 10 commandements.

Contrairement au 1er commandement qui recueille un consensus quasi général au sein des 3 religions monothéistes, ce 2ème commandement n'est pas interprété de la même façon par les Juifs, les Musulmans et les Chrétiens. Les Juifs et les Musulmans l'appliquent à la lettre ; c'est pourquoi leurs décorations religieuses ne représentent rien de réel. Les chrétiens sont divisés dans leurs approches de ce commandement. Les catholiques et les orthodoxes l'ont carrément supprimé, pour faire des images un support cultuel, tout en établissant une différence entre adoration et vénération. Les protestants font la distinction entre la représentation et l'adoration, et considèrent que le commandement interdit l'adoration, mais non la représentation. Ce qui leur permet, par exemple, d'utiliser des images en catéchèse.

Lire la suite...

HERODE ET LES MAGES

Matthieu 2, 1 à 12 – Esaïe 60, 1 à 6 – Ephésiens 3, 1 à 6

Des mages d'orient arrivèrent à Jérusalem. Ils viennent voir Jésus, en suivant l'étoile.
On a voulu faire de ces mages, des rois, alors que le texte ne parle que de mages. Pour quelles raisons ? Parce qu'on a vu en eux les représentants des nations. En effet, ce sont des rois qui représentent des nations. C'est pourquoi on parle de 3 rois-mages.
Or, le texte ne donne pas de chiffre. Pourquoi 3 personnages ? Est-ce en fonction des 3 cadeaux qu'ils offrent à Jésus (v. 11) ? Ce n’est pas la raison invoquée par la tradition pour parler de 3 rois-mages. On a avancé le chiffre 3 parce qu'à l'époque on ne connaissait que 3 continents. Ainsi, par l'intermédiaire de ces rois-mages, les 3 continents, et donc toutes les nations du monde, adorent Jésus. C’est l’Epiphanie, la révélation du Christ à l’humanité tout entière.
On pourrait aussi parler de rois, et non seulement de mages, parce que ces étrangers sont reçus par le roi Hérode. En effet, ce sont les rois qui sont reçus par les rois. Qui se ressemble s'assemble ! Mais les mages ne ressemblent pas à Hérode. Autant Hérode est rusé, autant les mages sont naïfs. Peut-être parce qu'ils ne sont justement pas des rois.

Lire la suite...